Témoignages

Basketteur évidemment !

Publié le 16 juin 2011 par Jacques Estrade

“J’ai été basketteuse de haut niveau ; mon fils, 13 ans, 1,96 m joue aujourd’hui au basket… Il est taillé pour ! Mais une croissance aussi rapide ne se fait pas forcément naturellement. Atteint de la maladie d’Osgood-Schlatter, il a évité une opération chirurgicale au niveau des genoux grâce à l’intervention de mon ostéopathe, Jacques Estrade“ déclare la mère de Romain.

“Le basket se transmet de mère en fils chez nous ! Sportive de haut niveau (championnat de France de basket), je m’entraînais 4 fois par semaine… et me blessais souvent. J’ai donc eu affaire avec Jacques Estrade régulièrement pour des causes multiples :

 

  • des gonflements au genou après une intervention chirurgicale des ligaments croisés. Le chirurgien préconisait une nouvelle opération. Mon ostéopathe, Jacques Estrade m’a remis sur pied en deux séances et surtout m’a permis de courir plus de 10 minutes sans douleur !
  • une entorse des cervicales suite à une chute sévère lors d’un match (perte de connaissance, pompiers, urgence !!!). A la sortie une minerve à porter durant un mois et des cachets pour les maux de tête et arrêt de travail. Rendez-vous est pris chez Jacques Estrade : une heure de “douce torture “! A la sortie, direction le travail, puis l’entraînement sans minerve !
  • d’horribles douleurs au bassin suite à une chute dans les escaliers !
  • des maux d’estomac atroces durant 2 mois, une perte de 9 kgs suite à une incapacité à manger sans régurgiter dans la foulée. Deux heures de séance d’ostéopathie… et l’appétit revient au galop deux jours après. De ce jour, je ne remets plus en doute le lien entre ostéopathie et nutrition !

 

Par ailleurs, j’ai aussi consulté mon ostéopathe pour mon fils qui a commencé le basket à 6 ans. A 10 ans, il est surclassé en championnat Benjamins Régional ; à 12, il est surclassé en minimes Championnat de France avec 4 entraînements par semaine. Entre temps, à 10 ans, il a développé la maladie d’Osgood-Schlatter, la maladie de Sever avec une importante ostéochondrose aux deux pieds. Le chirurgien orthopédique préconisait une intervention chirurgicale assez lourde : casser les tibias et les péronés des deux jambes pour réparer les articulations atteintes. Personnellement, je ne refuse jamais la médecine classique, mais je préfère associer les deux en bonne harmonie. Dans le cas de mon fils, la visite chez Jacques Estrade a permis en deux séances intensives de remédier à ce problème d’articulation. Aujourd’hui, mon fils continue sa croissance et le basket !“

Romain continue de jouer au basket. D’abord au SMUC à Marseille, ensuite au CREPS à Aix-en-Provence, puis à l’INSEP, l’ASVEL (Villeurbane – club racheté par Tony Parker). Actuellement, il fait parti du club de basket de Monaco et joue en réserve des professionnels au regard de son âge (17 ans).

En tant qu’ostéopathe, je préconise de suivre les jeunes sportifs dès leurs premiers pas dans le sport. Aujourd’hui, Romain se blesse excessivement peu et récupère très vite et souvent sans aucune intervention médicale.

6 commentaires

  1. Gabin

    bounjour, j’ai maintenant 17 ans et j’ai eu osgood depuis l’age de 12 ans, au debut je l’ai neglige parce que je ne savais pas ce que c’etait mais vers 15 ans j’ai consulte un medecin et il m’a dit de juste prendre du repos pendant 2 semaines et de masser avec une creme anti inflamtoire mais ca na pas aide jusqu’a aujord’hui et je ne sais quoi faire. 🙁

    • Jacques Estrade

      Selon le dictionnaire médical Garnier-Delamare, la maladie d’Osgood-Schlatter aussi nommée apophysie tibiale antérieure est ainsi définie : « apophysite de croissance, ostéite apophysaire de croissance, ostéochondrose du tubercule de Gerdy (ndlr :tubérosité tibiale antérieure). Se traduit par une fragmentation du noyau d’ossification. »
      Le quadriceps s’insère dans sa partie inférieure sur la tubérosité tibiale antérieure (TTA) où se trouve un point d’ossification. L’hypersollicitation du quadriceps (sport intensif ou traumatisme direct) provoque un décollement de la tubérosité tibiale antérieure. Les manifestations en sont : augmentation du volume de la TTA due à un oedème, inflammation (chaleur importante) et douleur à l’extension du genou. Lorsque cette hypersollicitation se fait sur un genou en rotation pathologique – les axes de traction du quadriceps n’étant pas respectés -, elle aggrave de façon notable cette lésion.
      Le traitement ostéopathique doit suivre les règles du traitement holistique. Il s’agit d’abord de traiter le bassin, la hanche puis le genou afin de supprimer l’ensemble des tensions ostéo-articulaires au niveau du genou. Une diminution de l’effort et un peu de repos, accompagnés d’anti-inflammatoire (exemple : argile verte, huile essentielle de Gauletherie, d’Hélichryse italienne ou de menthe poivrée…) sont recommandés. Lorsque les signes inflammatoires ont disparu, la reprise du sport va se faire progressivement.

  2. Elmansar

    Bonjour,
    Mon fils n’aura 12 que dans 6 mois et vient d’être diagnostiqué Osgood SCHLATER à son genou droit.
    Il pratique la natation de compétition à un rythme plutôt élevé, avec es entraînements qui vont jusqu’à 12h par semaine. Il fait aussi des entraînement à sec assez intenses, avec de séances de saut à la corde (plusieurs minutes), travaux de gainage et à dos au sol, plus des séries de montées/descentes d’escaliers.
    Mon fils aime la compétition et adore relever le challenge de batte tel ou tel nageur ou battre tel ou tel chrono. Il est plutôt mince mais depuis 8 semble avoir pris davantage de volume et de muscle. Il reste tout de même un enfant de 11,5 ans!
    Ce petit est ambitieux et souhaite aller le plus loin possible dans la natation de compétition. L’arrêt de quelques semaines recommandé par le médecin passe très mal car il arrive en pleine période des compétitions et le condamne à une année sans performance, car il ne pourra pas se qualifier aux finales de juin/juillet, faut et ne pas marquer des points lors des compétitions intermédiaires qu’il devra manquer.
    Ma question est: comment gérer cette phase sachant que l’objectif reste le haut niveau bien plus tard? Cette douleur au genou qui semble bénigne dans son cas compromet elle son potentiel et avenir de sportif de haut niveau?
    Une amie ostéopathe l’a ausculté et a détecté un blocage du nerf au niveau des Lambert, qu’elle a débloqué pour décontracter le muscle jambier et soulager donc le tendon, le lien avec le tibia.
    Il prend aussi des anti-inflammatoire prescrits par le médecin et nous pensons utiliser la formule glaçons 10minutes on et 10off (5fois) 2 fois par jour.

    Nous apprécierions vos avis et réactions.

    • Jacques Estrade

      La maladie d’Osgood Schlater est une douleur de l’insertion du tendon rotulien sur la tubérosité tibiale antérieure (TTA).
      Le tendon rotulien fait suite au tendon quadricipital qui est le tendon du quadriceps dont l’insertion supérieure est sur la tubérosité inférieure et antérieure de l’os iliaque. Son rôle est l’extension de la jambe.
      Tous les muscles s’insèrent au niveau des os par l’intermédiaire des fibres de Sharpey, qui prolongent les tendons et pénètrent dans l’os.
      Un muscle pour être fonctionnel doit être dans sa longueur initiale avec des rotations neutres selon les axes anatomiques normaux.
      Ce même muscle n’étant plus dans ses axes de normalité, il provoque une tension sur ses insertions osseuses. Ces tensions sont maximum au niveau des fibres de Sharpey jusqu’à provoquer l’exclusion de ses fibres par rapport à l’os. Ce qui crée une douleur et un état inflammatoire.
      La tubérosité tibiale antérieure est raccordée au tibia par un cartilage de conjugaison chez les adolescents, ce qui provoque une instabilité de ce système. La tension musculaire provoquée par le décalage des os exerce son effet maximal au niveau des tubérosités en provoquant son décollement (visible sur la radio).
      La mise au repos et les anti-inflammatoires n’ont aucun effet sur cette dysfonction. Seule la correction ostéo-articulaire du bassin, du fémur, du tibia (ce qui normalise la rotule) a un effet direct sur le muscle et sa tension. Ce qui permet de relâcher la tension au niveau de la tubérosité tibiale.
      Les principes évoqués dans ce site donnent une explication très détaillée sur cette correction qui tient compte de l’ostéopathie, de la Médecine traditionnelle chinoise et de la kinésithérapie.
      La reprise du sport après un tel traitement peut se faire dans les jours qui suivent.
      Donner des anti-inflammatoires qui diminuent la douleur et incitent à la reprise du sport va aggraver le problème anatomique jusqu’à l’impotence fonctionnelle qui peut durer des mois.

  3. boubouz

    Bonjour Mr Estrade, vu le travail que vous avez accomplit j’aimerais de l’aide svp, ma fille âgé de 8 ans et demi a une maladie de sever depuis 6 mois sous une forme très très douloureuse, elle a était longue a diagnostiqué nous avons était balades et fait passé ma fille pour une simulatrice jusqu’au jour ou une équipe à l hôpital Debré nous ont écouté et rassurés ma fille a une forme atypique les douleurs on commencé par les genoux, Aisne et cheville, pour un jour ne plus pouvoir posé le talon a terre après quelque jour d advil et repos c’est passé même si elle gardait quelque douleurs par ci par là elle pouvait vaquer à ses occupation, 1 mois et demi plus tard recrise qui passa de la même façon ensuite recrise mais 3 semaine à peine avec cette fois les deux talons et tjrs des douleurs au genoux aine et cheville, et cette fois sa a duré 1 mois et demi ou nous devions la porter pour tout faire tellement elle avait mal même ses chaussure elle ne pouvait les chausser, avec un arrêt du sport et des semelles, séance d ostéopathie et chiropratie c’est passé pour revenir 2 mois après je ne sais pas ce qui pourrait éviter ses crise, on nous a dit la fin de la croissance mais c’est dur comme douleur et l advil on est pas pour mais rien d’autre ne la soulage en pleine crise, je lui fait aussi des massage avec he de gaultherie, quel conseil pourriez vous nous apportez svp.

    • Jacques Estrade

      La maladie de Sever est une inflammation des tendons du mollet sur le calcanéum. Il faut savoir que les tendons ne s’insèrent pas sur l’os mais dans l’os par ce que l’on appelle les fibres de Sharpey. La tension pathologique des muscles vient du fait que ces mêmes muscles s’insèrent sur différents os au niveau les articulations. Lorsqu’un muscle, ici le triceps sural (muscle du mollet) voit ses insertions décalées (sorties de leurs axes) au niveau du fémur et de l’articulation de la cheville sur le calcanéum, il subit une tension longitudinale et en rotation (il est étiré et vrillé). Cela provoque une tension au niveau des fibres de Sharpey au niveau du calcanéum. Les fibres de Sharpey sortent de leurs insertions et entraînent un état inflammatoire important. Lorqu’on marche, court ou saute, la totalité du poids du corps repose sur l’insertion du calcanéum, ce qui multiplie d’autant l’inflammation et crée une véritable impotence.
      Les anti-inflammatoires quels qu’ils soient atténuent l’inflammation mais ne corrigent pas le problème mécanique. Ce qui peut autoriser la reprise des activités physiques et sportives mais aggrave le problème mécanique des fibres de Sharpey.
      La solution est d’avoir un muscle du mollet (triceps sural) fonctionnel avec une longueur normale et une rotation neutre. Ce qui suppose que les os (fémur, tibia, péroné, calcanéum) soient en place.
      Les principes de la médecine ostéopathique disent que la correction des décalages ostéo-articulaires doit passer d’abord par un équilibrage global du corps à commencer par le sacrum. Cette vision mécanique, ostéopathique, sans doute très efficace peut ne pas persister dans le temps par l’ignorance de la cause profonde du décalage du sacrum.
      La médecine traditionnelle chinoise apporte des réponses à cette interrogation : pourquoi le sacrum est décalé ?
      Les théories diffusées sur ce site expliquent les relations entre l’ostéopathie et la médecine traditionnelle chinoise. Ce qui permet à la correction ostéopathique de durer dans le temps.
      Effectivement, l’effet de cette perturbation est majorée par la fragilité des cartilages de croissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE