Nos douleurs inavouables

Publié le 22 janvier 2019 par Jacques Estrade

Les Algies pudendales provoquent des douleurs très invalidantes, fulgurantes comme des déchirures, des brûlures, des sensations de lame de rasoir… La position assise devient impossible sauf sur une bouée gonflable et encore... La vie sociale, professionnelle devient un calvaire, la vie sexuelle, un cauchemar. Et comme le démontre nombre de témoignages, ces douleurs sont aussi parfois source de gêne ce qui retarde leur prise en charge.

Le nerf pudendal, un nerf peu protégé

 

Le nerf pudendal est situé au niveau du petit bassin, plus exactement au niveau des organes génitaux. Il provient des segments S2 à S4 du plexus sacré. Il s’agit d’un nerf mixte comprenant des fibres motrices, sensitives et autonomes. De plus, dans son cas, les fibres amyéliniques sont largement supérieures aux fibres myéliniques, la myéline étant la gaine qui entoure et protège le nerf. En regard de cette constitution, le nerf pudendal récupère lentement lorsqu’il est affecté par des compressions multiples.

Son trajet doté de multiples zones potentielles de compression

 

Le trajet du nerf pudendal présente 3 segments qui traversent, la région pré-sacrée, le pelvis, la région fessière (partie interne) puis celle du périnée. Dans cette dernière, le nerf pudendal s’engage dans le canal décrit par Benjamin Alcock, et a longtemps été considéré comme la seule localisation contraignante pour le passage du nerf. Il n’est plus aujourd’hui le seul incriminé en cas de douleur. Certaines parties du trajet présentent des sas anatomiques où le nerf pudendal est plus facilement comprimé, étiré, enflammé et peut devenir la source d’algies pudendales. Plusieurs zones de compression du nerf pudendale existent et une bonne connaissance des territoires d’innervation sensitive du périnée est d’une grande aide dans le diagnostic clinique afin de savoir s’il s’agit d’une douleur d’origine névralgique.

En résumé, la douleur peut se révéler à différents stades de son trajet :

  • dans son passage dans le canal infrapiriforme
  • lors de la compression du coccyx contre le sacrum
  • lors de la mobilisation latérale du coccyx
  • lors des étirements spécifiques des muscles piriforme et obturateur interne
  • à l’étirement des ligaments sacrospinal et sacrotubéral
  • dans les compressions latérales ou craniales de certaines parties du muscle élévateur
  • dans le canal d’Alcock

Les principaux symptômes d’une algie pudendale

 

  • Les douleurs sont généralement exacerbées en position assise. En revanche, elles ne réveillent pas le patient la nuit, en position allongée.
  • La douleur est névralgique, spontanée ou permanente : sensations de brûlures, de décharges électriques parfois d’une très grande intensité et qui peuvent irradier jusqu’au pelvis.
  • La douleur est souvent reproductible lors des touchers pelviens ou par un simple appui sur le tronc du nerf pudendal.
  • Les relations sexuelles sont souvent évitées par peur de la douleur avec perte du désir.

 

Les causes d’un algie pudendale

 

Elles sont multiples et pas forcément bien identifiées : traumatismes sur le trajet du nef, chocs, accouchement, interventions chirurgicales sur le petit bassin, séquelles gynéco-obstétricales, épisiotomies, troubles circulatoires (variscosité pelviennes, hémorroïdes, problèmes artériels), déséquilibres hormonaux, activité physique où l’on reste assis longtemps (cyclisme, trail, équitation, motocyclisme, tranpoline, baskets…), constipation…

Dans tous les cas, il est important de bien noter les antécédents du malade :

  • pathologies du petit bassin (vessie, utérus, rectum, osseux, muscles…)
  • les comorbidités : diabète, dysthyroïdie, infections, pathologies rhumatismales inflammatoire. La lombalgie par sa fréquence représente la première comorbidité.
  • Les consommations avec risques d’addiction (tabac, alcool, café…) toxiques qui ont un effet d’hypersensibilité du nerf.

L’évaluation de la douleur mérite une attention particulière : délai d’apparition suite à un traumatisme, localisation (coïncide-t-elle avec le trajet d’un nerf ?), caractère mécanique à l’effort, repos, brûlures, picotements, décharges électriques, modifications de sensibilité… l’examen pelvien est nécessaire pour rechercher les contractures…

 

L’ostéopathie, une solution possible face à une algie pudendale

 

La plupart du temps, une algie pudendale est découverte au détour d’une consultation portant sur des douleurs au niveau du dos, du genou ou de l’épaule. Le patient vient rarement pour cette raison (souvent traité par des anti-inflammatoires). Après un interrogatoire complet, portant sur l’ensemble des systèmes (respiratoire, cardiaque, digestif, nerveux, urinaire…), sur les douleurs, les traitements médicamenteux en cours… certains symptômes peuvent apparaître, sciatalgie, perte de sensibilité, sensations de fourmillement autour de l’anus, libido en berne, traitement anti-inflammatoire.

Dans tous les cas, il est recommandé avant tout traitement ostéopathique,

  1. Voir un gynéco pour éliminer toutes les pathologies connexes (cancer…), faire des analyses de sang de la flore vaginale…
  2. Comprendre le phénomène, les causes, l’apparition des douleurs, son intensité,

Le traitement ostéopathique en ré-équilibrant l’ensemble du système ostéo-articulaire avant l’application d’un traitement local peut libérer le nerf au niveau de ses zones de compression. Le traitement local va concerner toutes les dysfonctions existantes au niveau du bassin avec un travail autant sur les muscles des obturateurs internes, des rotateurs internes, un travail sur le sacrum et coccyx si besoin.

Le patient nécessite un temps de récupération de 3 semaines, durée minimale à partir de laquelle on peut commencer à parler de réussite. Ensuite, il s’agit de réaliser quelques séances de rééducation pour modifier sa posture qui peut jouer sur le nerf pudendal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE