Moins de polyarthrite rhumatoïde sous le soleil

Publié le 24 avril 2013 par Jacques Estrade

La polyarthrite rhumatoïde détruit les articulations. C’est une maladie générale qui se traduit par une inflammation chronique des tissus articulaires. La polyarthrite rhumatoïde est aussi une maladie auto-immune, caractérisée par la production de certains auto-anticorps. La susceptibilité génétique est connue, de même que certains facteurs d’environnement dont le tabac. Une étude récemment publiée noterait une diminution du risque de polyarthrite rhumatoïde

Une étude réalisée sur la polyarthrite rhumatoïde suggère que l’exposition aux UV-B en diminue le risque. Les UV agissent comme des immunodépresseurs en augmentant l’activité des cellules Th2 et en diminuant celle des cellules Th1, induisant la production d’interleukines 10, de cytokine anti-inflammatoire, ainsi que la production de cellules T régulatrices.

Même si le mécanisme d’action des UV-B reste incompris, l’étude suggère qu’il pourrait être favorisé par la synthèse cutanée de vitamine D. En revanche, ils seraient atténués par l’utilisation d’écran solaires ou un comportement d’évitement solaire.

Lire l’article sur la Vitamine D

Dans ce type de pathologie, le travail ostéopathique est très important car il va améliorer la fonctionnalité de tout le système articulaire avec pour incidence, une plus grande autonomie quotidienne et à long terme, une diminution des douleurs. Par ailleurs, il permet de travailler de façon directe sur la motilité et la mobilité de tout le système digestif. Comme l’a souligné le Professeur Castronovo, les maladies auto-immunes sont fortement induites par une hyperperméabilité intestinale due entre autres, à une mastication insuffisante des protéines. L’effet mécanique de l’ostéopathie améliore la digestion.

Lire aussi à ce sujet l’importance de l’équilibre acido-basique dans ce type de pathologies fortement affectées par un déséquilibre alimentaire acidifiant. (fin de l’article sur la dégénérescence discale).

Différenciation des cellules Th1 et Th2

La différenciation des cellules naïves T CD4+ en cellules T helper de type 1 (Th1) ou Th2 est un aspect fondamentale de la réponse immune aux larges implications dans la défense de l’hôte et la pathogénèse. Les cellules Th1 promeuvent l’immunité médiée par les cellules et sont nécessaires pour débarrasser l’organisme d’agents pathogènes intracellulaires mais peuvent provoquer des maladies inflammatoires chroniques. D’autre part, les cellules Th2 sont essentielles pour combattre les agents pathogènes extracellulaires mais sont associées aux allergies et à l’asthme. Ces résultats montrent que le développement des cellules Th1 et Th2 doit être contrôlé étroitement et que la modulation thérapeutique des réponses immunes peut avoir un impact sur les maladies humaines. En savoir plus

 

En savoir plus sur la polyarthrite rhumatoïde

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE