Masse musculaire et compléments alimentaires

Publié le 28 août 2017 par Jacques Estrade

Popeye ne jurait que par les épinards en boite ! Certains sportifs quant à eux, misent sur le whey, protéines de petit lait présentées sous forme de poudre et donc rapidement assimilables. Quelles sont les réelles performances des compléments alimentaires pour augmenter sa masse musculaire et ses performances sportives ?

 

Le whey… une protéine en poudre, facile à prendre

Pour développer leur masse musculaire, nombre de sportifs consomment des protéines de lait, nommées Whey. Présentées sous forme de lait en poudre, ces protéines sont simples à prendre, sans préparation. Le whey ne contient pas de lactose, mais essentiellement du lactosérum – protéine du petit lait. Généralement, la prise régulière de ces protéines favorise l’apport en masse musculaire.

La consommation de whey concentre la prise de protéines issues du lait et comme toute consommation de produits laitiers risque d’augmenter l’apparition de certains problèmes de santé : augmentation de la perméabilité intestinale, arthrose, allergies… D’où l’importance de bien comprendre quelle est l’efficacité réelle du whey comparé à d’autres formes d’apports en protéines.

 

Le whey… pas plus efficace que la viande. Vrai ou Faux ?

VRAI ! Une étude publiée dans la revue Clinical Nutrition compare les effets d’une protéine de lait à celle des aliments classiques. Julien Venesson, journaliste sportif et consultant en nutrition, donne les résultats de cette étude dans son article : « Caséine, Whey, pas plus efficaces que la viande ou le poisson » : “Les résultats de cette étude sont édifiants ! Il n’y a pas de différence significative entre le groupe qui a pris des protéines de lait et celui qui a mangé de la viande mais l’apport total en protéines du groupe qui prenait les protéines de lait était de 1,41 gr par kilo de poids corporel, contre seulement 1,10 gr par kilo de poids corporel dans le groupe qui ne prenait que la viande ! La viande fait donc aussi bien que le lait mais avec un apport inférieur ! Il ne fait donc pas de doute qu’elle fait mieux avec un apport égal.“

 

Aucun risque a consommer des proteines animales. Vrai ou faux ?

FAUX. Les régimes alimentaires à base de protéines animales sont très surveillés. Déjà pour des raisons liés au taux de pesticides, d’hormones de croissance et d’antibiotiques présents dans les viandes et les poissons. Ces médicaments sont rendus obligatoires par les normes vétérinaires pour éviter la multiplication des maladies entre animaux ou volailles élevés dans  une grande promiscuité !

Tous les régimes à base de protéines animales ou végétales augmentent l’acidité du corps et peuvent favoriser la perte de calcium au niveau des os (système tampon) et à terme générer de l’arthrose au niveau des mains, des pieds… Ces protéines doivent être accompagnées de substances basifiantes, les légumes étant la solution la plus simple. En conclusion, il s’agit d’opter pour une alimentation la plus équilibrée possible, la moins polluée aussi (dénuée de conservateurs, pesticides…).

Les quantités conseillées en protéines

 

  • Pour les non sportifs : entre 0,8 et 1 g de protéines par kilo (poids) et par jour ;
  • Pour les sportifs de niveau moyen : entre 1,2 ou 1,5 g ;
  • Pour les sportifs de haut niveau : 2 g ;
  • Pour les athlètes (lancer de poids) : 3 g.

Mode de calcul : pour une personne non sportive pesant 70 kgs, il s’agit de manger 70 grammes de protéines pures par jour, soit une portion de protéine de 350 grammes. Comme les protéines animales ou végétales contiennent en moyenne 20 % de protéines pures (soit un cinquième de la quantité totale du produit), il faut multiplier 70 par 5.

 

Nutrition et entrainement, les deux compères d’une musculature hors pair

L’entrainement est aussi capital que l’alimentation. Dans ce cadre, la salle de sport reste un lieu idéal pour travailler ses différents muscles et réaliser des séries spécifiques. De nombreuses études ont démontré que des gens musclés modérément étaient assez souvent exempts de pathologies cardiovasculaires, cancers, maladie d’Alzheimer, diabète…

La pratique de la course à pied, la marche nordique ou le cyclisme est très intéressante pour harmoniser l’activité cardiovasculaire mais il est essentiel de rajouter un travail spécifique au niveau des muscles pour compléter l’harmonisation du corps.

 

Si j’avais un complément alimentaire à conseiller

Lors des JO de Pékin, de très nombreux athlètes chinois ont consommé du cordiceps, champignon qui pousse sur les hauts plateaux des montagnes. Ce champignon a diverses propriétés dont celles de renforcer le rein, un facteur très important pour un sportif qui lui assure une meilleure endurance. En Médecine Traditionnelle Chinoise, le rein représente l’énergie ancestrale. Pour exemple, le vieillissement, c’est la perte du yin du rein dont une autre de ses actions est de stimuler ou ralentir la sexualité.

De façon globale, tous les champignons – shitakers, reishis, pleurotes, champignons de paris…- apportent des nutriments très importants pour le corps.

Note : Certains compléments alimentaires restent importants bien qu’ils ne soient pas produits dans nos contrées. Avant toute consommation, mieux vaut s’assurer de leur mode de culture et de production, essentiel pour conserver leurs effets bénéfiques.

 

« On peut prendre de la whey… Mais pas toujours »
Extrait de l’article “Quelles protéines en poudre utiliser pour préserver sa santé » Julien Venesson

« Dans cette même étude des chercheurs Finlandais, il a été mis en évidence que la whey était capable d’induire une auto-immunité, c’est-à-dire qu’elle peut être reconnue comme corps étranger et provoquer l’apparition d’une réaction anormale du système immunitaire contre le soi. Des maladies de ce type sont par exemple le diabète de type 1, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome de Gougerot Sjogren, En particulier les études montrent que cette dangerosité de la whey est accentuée en présence d’insuline bovine.

Pour ceux qui n’ont pas lu le livre, il faut comprendre que pour qu’une maladie auto-immune puisse voir le jour, deux éléments sont nécessaires : une perméabilité intestinale augmentée d’une part et la présence d’une protéine qui sera responsable de l’auto-immunité d’autre part. La whey peut jouer le deuxième rôle mais pas le premier. Autrement dit : si vous avez un intestin en pleine santé, que vous évitez tous les aliments qui augmentent la perméabilité intestinale alors mon conseil est que vous pouvez consommer de la whey sans aucune crainte.

En revanche, si vous mangez du blé, des pâtes, du pain, des patates, de la caséine alors votre intestin est une vraie passoire ou est entrain de le devenir et dans ce cas mon conseil est d’éviter totalement la whey. »

 

En savoir plus

 

1 commentaire

  1. Berra

    Bonjour je voulais Savoir si la protéine sans lactose et adapté au personne avec des pbs de colons irritable etc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE