Lexique

a

Arthrose : L’arthrose touche en France plus de 6 millions de personnes. Elle se classe ainsi en tête des causes les plus fréquentes de douleurs chroniques. Cette pathologie peut atteindre différentes articulations (genou, hanches, main). Elle est la seconde cause d’invalidité après les maladies cardiovasculaires.
En savoir plus sur l’Institut Upsa de la Douleur avec une vidéo sur “voyage à l’intérieur de l’arthrose“

Aponévrose plantaire : cette aponévrose va de la tubérosité postéro-interne du calcanéum, à la face plantaire des articulations métatarsophalangiennesc’est-à-dire qu’elle forme un triangle dont le sommet s’insère en arrière et à l’intérieur du pied (niveau du talon) et et s’élargit pour se terminer en avant du pied (orteils).
L’aponévrite est une inflammation de cette aponévrose et se rencontre fréquemment chez les coureurs.

b

Bilan Biologique : Il est très utile en rhumatologie avec :

Principaux marqueurs de la formation osseuse

  • PAL (Phosphatase Alcaline) : marqueur du remodelage osseux. Le dosage de cette enzyme très présente dans le foie et les os permet de dépister une pathologie hépatique ou osseuse.
  • Calcémie (taux de Calcium dans le sang) : l’ostéocalcine est la 2e protéine de l’os en quantité synthétisée par les ostéoblastes. Sa synthèse est dépendante des vitamines K et D. Métabolisme hépatique et rénal. Son dosage est souvent couplé avec celui du phosphate (cf. Equilibre Phosphocalcique)
  1. En excès : ostéoporose, hyperparathyroïdie, maladie de Paget, maladie rénale, ostéomalacie
  2. En insuffisance : hépatopathies graves, maladie de Cushing, corticothérapie, hypothyroïdie

2/ Principaux marqueurs de la résorption osseuse

  • CTX (Télopeptide C-terminal du collagène type I), bon marqueur de la résorption osseuse et du risque fracturaire (utile en cas d’ostéoporose, perte en qualité et quantité osseuse, maladie de Paget, hyperthyroïdie)

3/ Principaux marqueurs d’inflammation

  • la vitesse de sédimentation
  • la protéine C réactive
  • la NFS (Numérotation de Formule Sanguine)

4/ La recherche d’auto-anticorps dirigés contre les propres immunoglobulines du patient (anticorps anti-DNA, les anti-mitochondries, le facteur rhumatoïde…)

c

Cartilage :  variété de tissus conjonctifs dont les éléments cellulaires et fibreux sont contenus dans une substance fondamentale et avasculaire. Définition donnée par le dictionnaire médical Garnier Delamarre.

Coiffe du rotateur : La coiffe des rotateurs est un ensemble de tendons de muscles situé au niveau de l’articulation de l’épaule.

Corps Gras (les bons corps gras)

Cyphose : est une déformation de la colonne vertébrale, plus précisément une trop forte convexité au niveau de la colonne dorsale. En savoir plus

d

Dure mère : Comme son nom l’indique, la dure mère est extrêmement compacte. Elle n’est pas extensible, ni malléable. C’est une membrane fibreuse et résistante, qui colle à l’os, un véritable fourreau qui protège la moelle épinière jusqu’au cerveau.
La dure mère s’insère au niveau du trou occipital et s’arrête au regard de la deuxième vertèbre sacrée (plus bas que la moelle épinière).

e

Equilibre acido-basique : On appelle :

  • Acidose : la rupture de l’équilibre acido-basique provoquant une acidité excessive du sang. Le terme acidose désigne l’acidité du sang (dont le pH devient inférieur à 7,40).
  • Alcalose : la rupture de l’équilibre acido-basique provoquant une alcalinité sanguine trop importante.

L’organisme dispose de trois moyens pour maintenir l’équilibre acido-basique :

  • le système tampon : l’acidité de l’organisme est liée à sa concentration en ions H+ (ions hydrogène). Certaines substances ont la capacité de fixer ou de libérer des ions H+, et ainsi de freiner les variations du pH si on ajoute un acide ou une base.
  • la respiration : les poumons permettent de réguler la quantité de gaz carbonique à l’intérieur de l’organisme. Une respiration accélérée va augmenter leur libération et diminuer l’acidité.
  • la fonction rénale : élimination des acides par les urines.

Différents types d’acidose :

  • acidose lactique due à l’accumulation d’acides lactiques dans le sang causé parfois par une insuffisance respiratoire (hypoxie tissulaire, diabète sucré, intoxication au CO)
  • céto-acidose : diabète, jeûne, éthylisme, anomalies du métabolisme du glycogène ;
  • intoxications

Note : le pH du sang ne peut varier que dans une infime mesure. Comme le corps produit en journée de l’acidité (sport, digestion, stress), difficilement éliminable au fur et à mesure par le système tampon, les poumons et les reins, les tissus stockent l’acidité pour garder en priorité l’équilibre acido-basique du sang. La nuit, les tissus conjonctifs pourront éliminer leur excès d’acidité. Si ce n’est pas le cas, le terrain devient acide. Face à cet environnement, le sang aura tendance à tendre vers l’alcalose pour faire face aux agressions acides et pour être en mesure d’apporter des bases aux terrains acidifiés. Cette situation si elle devient chronique peut entrainer des maladies chroniques de par l’inflammation créée par trop d’acidité dans les tissus.

Equilibre phosphocalcique : Une carence en phosphore peut entraîner une déminéralisation osseuse associée à des troubles cardiaques, respiratoires, neurologiques. Un excès de phosphore dans le sang peut entrainer une hypocalcémie (chute de calcium dans le sang avec risque de déminéralisation osseuse si cela perdure).
L’organisme dispose de 3 mécanismes à sa régulation :

  • la sécrétion d’hormones spécifiques comme la parathormones (PTH), les dérivés de la vitamine D et la calcitonine ;
  • la réabsorption ou l’élimination par le rein
  • les échanges avec l’os principal source de calcium ou de phosphore.

Devant une hypocalcémie et une hyperphosphatémie, le bilan doit s’orienter vers une insuffisance rénale chronique ou une hypoparathyroïdie (anomalie de fonctionnement des glandes parathyroïdiennes).

Exostose : Formation et développement de tuméfactions osseuses au niveau des os longs et des métaphyses.

f

Fer : « Seul et libre dans votre corps, je suis toxique. En excès, votre foie risque les pires complications. » Professeur Joyeux
Le fer est lié à quatre protéines :

  • L’hémoglobine : pour apporter l’oxygène à tout l’organisme. Toute carence en fer risque de provoquer une anémie par manque de globules rouges.
  • La myoglobine : pour transporter l’oxygène dans les muscles et les cellules musculaires ;
  • La transferrine fabriquée pour le foie et pour aller vers la moelle osseuse (fabrication des globules rouges) ;
  • La ferritine fabriquée par le foie et stockée dans le foie, la moelle osseuse et la rate (régulation et destruction des globules rouges en excès).

Où me trouver ?

  • Dans les produits animaux, moi, le fer, je suis sous forme héminique, lié aux globules rouges et aux cellules musculaires. Votre intestin absorbe 25 % de ce fer lié à la protéine des muscles, la myoglobine des viandes rouges.
  • Dans les produits végétaux, moi, le fer, je suis sous forme non héminique et votre intestin n’absorbe que 10 % de ce fer. Il est mieux absorbé s’il se lie à la vitamine C des fruits, des légumes, des légumineuses (lentilles, pois-chiches, haricots, petits pois, pois cassés à peine cuits, donc al dente).

Les femmes de par leurs menstruations, ont des besoins plus grands que les hommes : de 2 à 3 mg de fer par jour en cours de grossesse (500 mg de plus) et d’allaitement (jusqu’à 1000 mg de plus).
Régulation du fer
“L’hepcidine » est une hormone secrétée par le foie qui permet de réguler l’absorption du ferles excès/manques de fer.
En savoir plus : lettre du professeur Joyeux

Les fibres de Sharpey 

Les fibres de Sharpey sont une matrice de tissu conjonctif consistant en regroupements de fortes fibres de collagène reliant le périoste à l’os. Elles font partie de la couche fibreuse externe du périoste, pénétrant dans le tissu osseux lamellaire compact interne et externe (os cortical). (Wikipédia)

Fibromyalgie : La fibromyalgie, ou syndrome fibromyalgique, est un syndrome associant des douleurs musculaires et articulaires diffuses, une fatigue, des troubles du sommeil, des troubles cognitifs mineurs et des troubles de l’humeur d’intensité variable et d’évolution chronique. Le diagnostic est établi d’après l’examen clinique, habituellement normal en dehors d’une sensibilité à la pression des tissus mous, et d’analyses biologiques simples, l’ensemble permettant d’écarter d’autres diagnostics. (Définition donnée par wikipédia)

Lire un condensé sur la maladie

Foie : C’est le seul organe capable de se régénérer. Il a de très multiples fonctions dont une fonction d’épuration, une fonction de synthèse et une fonction de stockage. En Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), le Foie exerce deux grandes fonctions :

  • réguler la circulation de l’énergie ;
  • drainer et mettre le sang en réserve.

Il a également des liens avec les tendons, les yeux, les ongles ainsi que l’activité des rêves.Principaux déséquilibres énergétiques liés à cette fonction : l’émotionnel et le digestif.

Foie et colère en MTC (Médecine Traditionnelle Chinoise) : En MTC, chaque émotion est en relation avec un organe ou un viscère.

  • Pour la rate, c’est la mélancolie ;
  • le rein, la peur ; le poumon, la tristesse ;
  • le cœur, la joie.

L’émotion spécifique du foie est la colère. Tous les troubles vécus ou subis avec son entourage peuvent influencer son fonctionnement comme en témoignent les expressions : ”je me fais du mauvais sang”, ”je ne peux pas le digérer”… Par ailleurs, les Chinois disent “Trop de joie nuit au cœur !“ Ce n’est donc pas la qualité de l’émotion, mais la quantité (ou la violence du choc procuré) qui agit. Le foie possède ici une exception : toutes les émotions le perturbent par leur quantité car toutes les actions passent par lui. D’où son nom :”le général en chef”. Plus généralement, le foie en MTC, en plus d’être le maître des émotions et des sentiments, est le maître des muscles, des tendons et des ligaments.

Foie et tendons en MTC : Le foie gouverne les “tendons“. Sous le terme de tendons, il faut regrouper, dans la perspective de la médecine chinoise traditionnelle, les tendons eux-mêmes mais aussi les ligaments et les nerfs. Leur bonne santé dépend du sang du foie qui les nourris et les humidifie. S’il y a un vide de sang du foie, les tendons se raidissent et s’enfflamment provoquant des tendinites, des contractions, des articulations douloureuses, des crampes musculaires, des tremblements, de la tétanie ou de la faiblesse des membres. Pour exemple, une tendinite n’advient généralement que sur un terrain dit fragilisé. Si une zone est soudainement fortement sollicitée et mal nourrie de par ce vide de sang (lié au foie), elle risque de ne pas supporter cet effort. S’il s’agit dans un premier temps de soigner le traumatisme, il faut aussi renforcer le terrain par le repos et par desgestes de prévention adaptés (nutrition, activités relaxantes, etc.).

g

h

Tiges de Harrington : Pour réduire certaines scolioses, une opération chirurgicale peut être réalisée : la pose de tiges métalliques (tiges de Harrington) fixées à l’aide de vis et de crochets sur la colonne pour stabiliser la scoliose.

Hippocrate : Hippocrate le Grand ou Hippocrate de Cos (460- 370 av. J.C.) est considéré comme le « père de la médecine ». Il est aussi un précurseur de la diététique puisqu’il prône « une diététique qui repose sur quatre idées simples :

  • la digestion est une cuisson des aliments.
  • il est préférable de manger des aliments cuits, pour faciliter la digestion.
  • le corps est composé d’éléments ou humeurs qui déterminent un tempérament.
  • il est recommandé de manger une nourriture équilibrée, c’est-à-dire des aliments correspondant à son tempérament. »

“Ainsi je crois fermement que tout médecin doit étudier la nature humaine et rechercher soigneusement pour remplir ses obligations, quels sont les rapports de l’homme avec ses aliments, avec ses boissons et tout son genre de vie, et quelles influences chaque chose exerce sur chacun. Et il ne suffit pas de savoir simplement que le fromage est un mauvais aliment, par ce qu’il cause des douleurs à ceux qui s’en rassasient ; et il faut savoir quelle douleur il cause pourquoi et quelle humeur du corps, il est contraire.“ Citation d’Hippocrate. En savoir plus sur wikipedia

Hyperparathyroïdie : Trouble des glandes parathyroïdes.
La sécrétion trop élevée de parathormone génère une hypercalcémie (augmentation du taux de calcium dans le sang) et une déminéralisation osseuse.
Le tissu osseux est détruit et remplacé par du tissu fibreux (douleurs au niveau du bassin, du rachis, des articulations (dépôt de calcium dans le cartilage articulaire) & risque de fractures suspectes).

i

j

k

Kaliémie : Taux de potassium dans le sang.

  • Symptômes : picotements au bout des doigts et des extrémités, soif intense, nausées, crampes musculaires.
  • La perte de potassium provenant de troubles digestifs est associée le plus souvent à une alcalose.
  • Une hypokaliémie est généralement en rapport  avec une insuffisance rénale, un déficit en vitamine D ou en hormone parathyroïdienne.

Kousmine : “Petit déjeuner de rois, déjeuner de prince, souper de pauvre !“ Le corps a besoin d’une journée pour digérer, assimiler et éliminer ce qu’il a mangé le matin même. La nuit, toutes les fonctions sont au ralenti, y compris la digestion. Le simple fait de bouger et de marcher dans la journée accélère et améliore la digestion par les mouvements des muscles abdominaux et du diaphragme. En savoir plus L’alimentation selon Kousmine.

l

Lombalgie : La lombalgie, plus couramment nommée “mal de dos“ est un symptôme très fréquent en France et dans les pays industrialisés. Une enquête du CREDES a montré que la fréquence des lombalgies avait triplé entre 1982 et 1992 : 70 % de adultes souffrent ou ont souffert du dos avec un taux de récidive de l’ordre de 60 à 85 %.

Les lombalgies motivent :

  • 9 % des consultations en médecine générale,
  • 8 % des actes de radiologie,
  • 30 % des actes de kinésithérapie
  • 13 % des actes des invalidités induites (c’est la 1e cause d’invalidité avant 45ans – les enfants et les adolescents ne sont pas plus épargnés que les adultes.)

En savoir plus : Les douleurs lombaires sur le site de l’Institut Upsa de la douleur

Lyse osseuse : Désintégration du tissu osseux par un agent chimique, biologique ou physique qui va entrainer la mort de l’os.

m

Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) : En Médecine Traditionnelle Chinoise, chaque organe, chaque viscère est relié à un niveau vertébral. Voici quelques exemples :

  • la première dorsale avec le rein ;
  • les 2e et 3e dorsales avec le poumon ;
  • les 3e et 4e lombaires avec le gros intestin ;
  • la 5e lombaire et l’articulation sacro-iliaque avec l’intestin grêle.

Toutes les pathologies en MTC sont exprimées en termes d’organe et de viscères. Cette organisation obéit à des lois qui sont celle des 5 éléments, 6 qualités, 8 merveilleux vaisseaux, 12 méridiens… Chaque organe et/ou viscère a des relations particulières en fonction de ces lois. En ce qui concerne le foie et la loi des 12 méridiens, il est en relation avec l’intestin grêle. L’énergie de l’un influence l’énergie de l’autre. L’intestin grêle est l’émonctoire du foie (il en élimine les déchets). Si la capacité d’élimination de l’intestin grêle est affectée, le foie ne peut pas éliminé les différentes toxines (dues à l’alimentation, aux émotions,…). Ce qui diminue la fonctionnalité du foie.

Au niveau vertébral, la 5e lombaire et les deux articulations sacro-iliaques sont en relation énergétique avec l’intestin grêle. Traiter le foie permet de dénouer certains blocages et facilite la remise en place du bassin et par conséquent du système vertébral.

Mélatonine : cette hormone est produite par l’épiphyse (aussi appelée la glande pinéale). Elle est connue principalement comme l’hormone du sommeil puisqu’elle régule les cycles éveil – sommeil :

  • lorsqu’il fait jour, la sécrétion de mélatonine est inhibée ;
  • lorsqu’il fait nuit, sa production augmente signalant au cerveau qu’il est temps de dormir (le maximum est atteint entre 2 et 4 heures du matin).

Cependant, si la sécrétion de mélatonine est inhibée en présence de lumière, elle est aussi régie par la quantité de lumière atteignant les yeux : pour obtenir une bonne nuit de sommeil, il s’agit de trouver un bon équilibre entre exposition à la lumière du jour et obscurité. Pour exemple, un manque de lumière diurne peut provoqué une insomnie.
Par ailleurs, la mélatonine semble jouer d’autres rôles, en particulier sur le système immunitaire. En savoir plus

Métaphyse : Zone de jonction située entre la diaphyse (corps de l’os) et l’épiphyse (extrémité) correspondant au cartilage de conjugaison.

MTC et migraine : L’œil est l’organe des sens qui est associé au foie. Le foie thésaurise le sang, il agit sur la circulation sanguine en stockant et libérant le sang en période d’action ou de repos. C’est parce que les yeux sont nourris et humidifiés par le sang du foie qu’ils peuvent voir. Dans la migraine, les yeux sont toujours impliqués. Le nerf trijumeaux est également impliqué. Il est la 5e paire de nerfs crâniens qui, à partir du ganglion de Gasser, repose sur l’os sphénoïde et se divise en 3 branches : le nerf optique ; le nerf maxillaire ; le nerf mandibulaire. De là viennent les fourmillements et paresthésie (perte de sensibilité) de la face. Cf. ostéopathie crânienne (à venir)

Migraine : La migraine est la céphalée primaire la plus fréquente chez les sujets présentant un trouble de l’articulé temporomandibulaire (TMD). Elle est aussi la plus fréquente des 13 types de maux de tête répertoriés par l’International Headache Society (IHS). Elle est aussi trois fois plus fréquente chez la femme (18 %) que chez l’homme (6%).
La céphalée s’accompagne de plusieurs signes : troubles digestifs, nausées, vomissements fréquents, hyperréactivité sensorielle (lumières, bruits). En savoir plus
Contre indications : attention de ne pas confondre les migraines avec des céphalées récentes ou celles qui s’installent soudainement. Elles peuvent révéler des affections graves (hémorragies méningées, accident vasculaire cérébral) et constituent des urgences neurologiques.
Il faut aussi se méfier des céphalées d’aggravation rapide (en quelques jours ou quelques semaines) qui peuvent être la manifestation d’une hypertension intracrânienne d’une méningite ou d’une artérite temporale.

Migraines avec aura : l’aura est un trouble neurologique. Il dure en moyenne cinq à trente minutes et précède ou accompagne la céphalée. Les auras visuelles sont les plus courantes. Les auras peuvent être aussi :

  • sensitives (fourmillement ou engourdissement des bras s’étendant de la main jusqu’au coude puis montant au visage (lèvres, joues).
  • aphasiques (troubles du langage).

n

o

Maladie d’Osgood-Schlatter : est une affection du genou ; c’est une apophysose (protubérances vives sur des os), aussi appelée ostéochrondose tibiale antérieure. La douleur résulte de micro-traumatismes répétés exercés sur le tissu cartilagineux de la tubérosité tibiale antérieure par l’intermédiaire du tendon rotulien. Elle touche principalement l’enfant sportif, et se manifeste par une douleur de la face antérieure du genou. La maladie a été décrite en 1903 par les Dr. Osgood et Schlatter, chacun de leur côté. En savoir plus

Os iliaque ou Os des iles (anatomie) : nommé aussi os coxal, os de la hanche ou os innominé, il forme avec le sacrum la ceinture pelvienne.

Ostéomalacie : “déminéralisation squelettique généralisée par insuffisance de fixation de phosphocalcique sur la trame protéique de l’os ou tissu ostéoïde.“

Ostéoporose : Affection généralisée et diffuse de tout le squelette osseux caractérisé par une MASSE OSSEUSE BASSE et une altération de la micro-architecture du TISSU OSSEUX (déficit de quantité et de qualité osseuse). Raréfaction du tissu osseux sans déminéralisation. Chez un ostéoporétique, c’est la trame collagénique du tissu osseux qui est altéré. Normalement le taux de calcium est normal sauf chez les personnes âgées souffrant de dénutrition ou de malabsorption du calcium par l’intestin (généralement dû à un déficit en vitamine D)
Le risque de fractures est accru en particulier du coude, de la hanche et des vertèbres.

p

Pratique ostéopathique : son premier principe est le suivant “D’abord ne pas nuire.“ Dans ce contexte, après un interrogatoire précis, en relation avec les diagnostics médicaux, chirurgicaux et radiologiques, il est toujours nécessaire de pratiquer un diagnostic d’exclusion à la pratique ostéopathique pour déterminer les contre indications éventuelles.

Système Parasympathique (ou nerf vague) : Dans l’ensemble des actions, le sympathique aide l’organisme à s’adapter à un environnement qui peut apparaître comme dangereux ; il est alors mis en jeu dans des situations d’urgences ou d’émotions fortes, comme la peur ou la colère, mais également au niveau des organes lors des épisodes de souffrance tissulaire. En revanche, le para-sympathique est actif au repos et lors des phases de récupération. Conjointement au sympathique, il contrôle les activités involontaires des organes, glandes, vaisseaux sanguins.
Les fibres nerveuses du système parasympathique prennent leur origine dans les parties crâniennes (nerfs III, VII, IX et X) et sacrées de la moelle épinière. Le système parasympathique est responsable en autres :

  • du ralentissement de la fréquence cardiaque,
  • de l’augmentation des sécrétions digestives et de la mobilité du tractus gastro-intestinal,
  • de la dilatation des vaisseaux et de certaines artères.

q

r

Reins :

Fonctions physiologiques

  • filtre le sang et élimine les déchets via l’urine ;
  • participe à l’équilibre acido-basique ;
  • élimine l’urée (les déchets organiques venant des protéines sont rejettés sous forme d’urée dont l’excès dans les urines déterminent un dysfonctionnement rénale)

En Médecine Traditionnelle Chinoise
Le rein, racine de la vie
Dépositaire de l’énergie ancestrale, le rein est responsable à la transmission du potentiel génétique des parents.

“L’énergie du rein gouverne la naissance, la croissance, le développement, la reproduction, la formation et le fonctionnement de la moelle, des os, du cerveau et du sang.(…) ainsi la bonne formation et le bon fonctionnement des os et du cerveau dépendent du bon fonctionnement du rein et de la présence d’une quantité d’énergie (jing) suffisante.“ (P.79 Organes et entrailles en Médecine Traditionnelle chinoise Jérémy Ross)

Si l’énergie du rein est faible, il s’ensuit des problèmes de développement et de fonctionnement au niveau des os, des articulations et par conséquent, des problèmes de circulation. L’essence (jing) du rein est responsable de la formation du yin et du yang qui contrôle les cycles de croissance et de développement.

Il y a un rein yin et un rein yang

  • Le Yin du rein est la source du Yin de tous les autres organes et viscères du corps. De façon globale, le vieillissement est lié à la diminution de l’énergie yin du rein.
  • Le Yang du rein est aussi la source du Yang de tous les autres organes et viscères. (Transmission de la lignée parentale)

Quels sont les impacts d’un vide de Yin du Rein ?*

  • Os : fermeture tardive ou incomplète de la fontanelle chez l’enfant, développement physique lent, faible développement du squelette, os fragiles, douleurs lombaires, faiblesse des genoux, dentition de mauvaise qualité
  • Action du rein sur le système génital (hommes ou femmes) : activité sexuelle réduite, aménorrhée, stérilité…
  • Cerveau : développement mental lent, apathie mentale, mémoire pauvre, vieillissement prématuré, vertiges
  • Oreilles : surdité, acouphène
  • Cheveux : blanchiment et chute prématurée
  • Pouls : faible et profond

Quels sont les impacts d’un vide de Yang du Rein ?*

  • Visage : pâle et brillant, crainte du froid, membres froids, lassitude, apathie

Quels sont les impacts d’un vide de jing (essence) ?*

  • Dos froid et douloureux, genoux faibles et froids (aspect yang),
  • Stérilité, impuissance, activité sexuelle réduite,
  • Perte des dents, surdité
  • Liquides organiques : urines claires et abondantes, incontinence ou urines rares et œdème.

* Informations extraites du livre “Organes et entrailles en Médecine Traditionnelle chinoise“ de Jérémy Ross

Le rein gouverne l’eau : il est le maître de tous les sphincters du corps.
Le rein correspond au niveau des organes des sens à l’ouïe.
L’émotion du rein : la peur
Tout excès de peur diminue l’énergie du rein. Une énergie du rein faible accroit la sensation de peur.

Rein et foie
L’énergie yin du rein étant à l’origine de toute l’énergie yin du corps, va au printemps donner l’énergie yin du foie qui elle-même contrôle le yang du foie. Si l’énergie yang du foie n’est pas contrôlée, elle se transforme en feu qui monte à la tête. Il reste primordial de nourrir le yin du rein.

Comment nourrir l’énergie du rein ?
Chaque saison correspond à un organe et un viscère. Celle du rein est l’hiver (début : 15 novembre suivant le cycle lunaire – fin : fin janvier).

Différentes règles à respecter :

  • Se nourrir de fruits et légumes de saison en évitant ceux importés de pays chauds.
  • Renforcer le rein en buvant de la tisane de chrysanthème thérapeutique (plante hivernale en phytothérapie chinoise)
  • S’exposer à la froidure extérieure, la température dominante de l’hiver. Préférer le froid des montagnes aux plages ensoleillées et chaudes permet de renforcer le yin du rein !
  • Se reposer : en hiver, la nature se met au repos, certains animaux hibernent… Respecter cette loi naturelle de baisse d’activité est souvent difficile pour les humains et génère un excès de fatigue, une fragilité émotive et psychique accrue par la diminution de la luminosité externe.
  • Profiter de la lumière du soleil (excellent pour la vitamine D).
  • Pratiquer une activité physique qui travaillent sur le rééquilibrage des énergies saisonnières (exemple : le qi gong ou tai qi).

s

Maladie de Scheuerman : est une dystrophie rachidienne apparaissant au cours de la puberté et provoquant une cyphose dorsale douloureuse. Les corps vertébraux ont une croissance plus importante à l’arrière qu’à l’avant, renforçant ainsi la courbure de la colonne vertébrale thoracique. Au fur et à mesure du développement de l’hyperlordose, s’accentuent les douleurs en particulier en bas du dos.
L’évolution de la maladie cesse à la fin de la croissance mais les lésions occasionnées au niveau du cartilage et des vertèbres demeurent et sont irréversibles. En savoir plus…

Sciatalgies sciatiques : La sciatalgie est une douleur empruntant partiellement ou totalement le trajet d’une ou de plusieurs racines du nerf sciatique; cela se traduit par un trajet douloureux pouvant se situer à différents endroits sur le membre inférieur. Elle trouve son origine dans un déséquilibre de la transmission nerveuse. La sciatalgie représente la majeure partie (90%) des névralgies – sciatalgies. Les étiologies les plus fréquentes sont des lésions ostéopathiques en rapport avec les racines du nerf sciatique (2 dernières lombaires et 2 premières sacrées), des lésions ostéopathiques perturbant le transport des informations neurovégétatives dans ces racines (zone vertébrale allant de la 8ème dorsale (D8) à la 2ème lombaire (L2)), des lésions ostéopathiques situées au niveau viscéral (surtout le petit bassin). A noter qu’une sciatalgie qui dure dans le temps peut, à l’instar d’une sciatique « vraie », générer l’installation progressive de troubles moteurs.

Stress : Le mot STRESS vient du latin « stringere » qui signifie tendre ou raidir.

t

Tendinopathies : Elles représentent une part importante des TMS (Troubles Musculo squelettiques). Elles recouvrent des pathologies différentes qui traduisent avec un degré de gravité variable une souffrance du tendon qui peut conduire jusqu’à sa rupture. Elles ont pour cible les parties proches des genoux, du coude, de l’épaule et du pied. Imaginez un cordage tendu entre deux os, c’est ainsi que se présente un tendon. Doté d’une grande élasticité, il possède une forte résistance aux chocs traumatiques et une certaine vulnérabilité aux phénomènes d’usure et de sollicitations excessives. Ce qui explique qu’à l’inverse des entorses, on observe peu de tendinites d’origine traumatique.
L’usure, liée à l’âge, mais aussi à l’hyper utilisation des articulations lors d’activités (sport, loisir, bricolage, jardinage, travail…) va progressivement favoriser certaines douleurs des tendons et le passage à la chronicité. Les douleurs et la gêne fonctionnelle dues aux structures tendineuses ont davantage pour origine de micro lésions anatomiques qu’une hypothétique « inflammation». Guide de bonnes conduites

Tissu Osseux :
Ses rôles sont :

  • mécanique : soutien, protection et attache des muscles ;
  • hématopoïèse : capable de fabriquer toutes les lignées du sang ;
  • métabolisme phospho-calcique : réserve de calcium, l’os va en fonction des besoins de l’organisme (musculaire, échanges cellulaires, nerveux) “relâcher“ du calcium et peut risquer de se déminéraliser si les apports en calcium sont insuffisants. (Cf. équilibre phospho-calcique)

Chez l’adulte, 30 % de la masse osseuse est renouvelée chaque année sachant qu’avec l’âge, la quantité d’os reconstruite (par les ostéoblastes) est inférieure à celle détruite par les ostéoclastes.

Les facteurs de régulation du remodelage osseux sont :

  • l’hormone de croissance (GH) : stimule la croissance et la taille des os
  • les hormones thyroïdiennes contrôlent l’équilibre phospho-calcique : trop de calcium dans le sang, la calcitonine stimule la construction osseuse (hypocalcémiante) ; manque de calcium dans le sang, la parathormone stimule la résorption osseuse (hypercalcémiante) pour libérer du calcium (déminéralisation osseuse).
  • Les hormones surrénaliennes en excès favorisent la résorption osseuse.
  • Les hormones sexuelles comme l’œstrogène protègent la femme contre une perte osseuse trop importante (inhibent l’effet des ostéoblastes).
  • Les protéines, les vitamines A, C, D permettent d’obtenir une bonne QUALITE osseuse.
  • L’activité physique, en particulier avant 20 ans favorise le capital osseux de tout individu et après 20 ans maintient sa résistance. L’immobilisme peut être source d’ostéoporose.

TMS (Troubles Musculo squelettiques) : Directement liés aux conditions de travail, les troubles musculo-squelettiques (TMS) touchent les principales articulations : poignets, épaules, coudes, genoux… Petites au début, les douleurs s’aggravent peu à peu jusqu’à provoquer l’incapacité de travailler. Première cause de maladie professionnelle (95 % avec ou sans arrêt de travail), cette pathologie devient une des préoccupations majeures de la santé publique et des professionnels.

u

v

Vitamine D : Est responsable de l’absorption intestinale du calcium et du phosphore. Tout déficit d’apport en vitamine D ou défaut d’absorption intestinale peut avoir un impact sur la minéralisation osseuse.
Où trouver la vitamine D :

  • exposition de 20 mn au soleil sans crème et s’arrêter avant le coup de soleil ;
  • une alimentation riche en vitamine D (espadon, anguille, saumon…)

Pathologies liées à un manque de Vitamine D : ostéomalacie, rachitisme, hyperparathyroïdisme, ostéoporose (personnes âgées souffrant de dénutrition ou malabsorption)

w

x

y

z

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE