Le sucre, le plus petit des grands poisons

Publié le 31 mai 2013 par Jacques Estrade

Le sucre est partout : dans les desserts, les confiseries, les boissons, l’alcool, la charcuterie, les plats cuisinés, la mayonnaise, le ketchup… Notre consommation est passée de 8 kg au XXe siècle à 32 kg au XXIe par habitant et par an en France (aux EU, ce chiffre atteint les 70 kgs). Les goûters d’anniversaire des enfants deviennent une véritable débauche de sucres. Face à cela, certains crient la sonnette d’alarme, d’autres modèrent la peur du sucre blanc… Toujours est-il que notre société compte 15,5 % d’obèses, une espérance de vie en bonne santé qui diminue, des risques de maladie qui augmentent, cancer, diabète, maladies cardiovasculaires…

Une consommation passée de 8 à 32 kg par an et par habitant !

  • Notre consommation est passée de 800 gr au XIXe siècle, à 8 kg au XXe siècle, puis à 32 kg par habitant et par an en France (aux EU, ce chiffre atteint les 70 kgs) ;
  • Une portion de 100 gr de céréales type Chocapic contient 37 gr de sucre ;
  • Le Nutella contient 55,2 % de sucre raffiné et une canette d’Orangina est égale à 6 morceaux de sucre.
  • Agent de conservation, le sucre se trouve aussi dans tous les plats cuisinés industriellement

Selon l’organisation mondiale de la santé, on ne devrait pas consommer plus de 12.5 cuillerées à thé de sucre par jour (50 grammes). Ce qui inclut les desserts, les repas préparés et congelés, le sucre dans le café… En sachant qu’une seule cannette de boisson gazeuse en contient 40 grammes, il ne reste plus beaucoup de place pour les gâteries ! À surveiller sur l’étiquette nutritionnelle de vos aliments, les mots : sucrose, saccharose, fructose, glucose, maltose, lactose, dextrose, maltodextrine, sucre inverti, sirop de mais, sirop de malt, sirop de glucose, concentré de fruits, etc. Tous sont des dérivés du sucre.

Le sucre pour le plus grand plaisir du cancer

  • Lorsqu’une cellule devient cancéreuse, elle cesse de respirer normalement par les mitochondries et consomme du sucre pour se fournir en énergie. C’est d’ailleurs, grâce à cette addiction en glucose que l’on arrive à visualiser les tumeurs par imagerie médicale.
  • Le sucre augmente le taux d’insuline et le taux d’IGF-1 facteur de croissance insulinique qui stimule le développement des cellules cancéreuses.
  • Le sucre accroit l’inflammation ce dont le cancer a besoin pour se diffuser hors des tissus où il a commencé.

Sucrer son système immunitaire

  • En sécrétant du cortisol une hormone qui affaiblit l’immunité et donc en surchargeant les glandes surrénales, le sucre peut même déclencher une maladie auto-immune comme la maladie de Crohn, la maladie coeliaque, le lupus érythémateux ou l’anémie de Biermer. En outre, le sucre raffiné ingéré en trop grosse quantité, combiné au gras souvent présent dans les sucreries, pourraient mener à un surplus de poids, voire à l’obésité par résistance à l’insuline.

Et nous pourrions aussi parler de la dépendance physique et psychologique créée par le sucre qui peut à terme créer une dépendance à l’alcool.

Raffinage du sucre blanc…

Des traitements physiques (lavage, centrifugation, broyage, filtrage) et chimiques :

  • épuration des jus de betterave au lait de chaux pour neutraliser les acides organiques
  • clarification à l’anhydride carbonique et à l’anhydride sulfureux
  • décoloration par passage dans des réservoirs de « noir animal » (os de bœuf calcinés) puis dans des colonnes de résine
  • finalisation à l’aide d’autres réactifs chimique comme l’alcool isopropylique.

Comment briser la dépendance au sucre ?

 

 

1 commentaire

  1. fesquet

    Bonjour

    Gourmand depuis toujours, j’ai découvert la stévia en poudre que je fais venir de Bolivie et je peux ainsi profiter du goût sucré en réduisant ses méfaits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE