Global Soft Therapy

Votre santé est votre capital le plus précieux

“Les médecins me disent que je n’ai rien mais je souffre beaucoup !“ Très souvent, les examens cliniques ne détectent pas les signes précurseurs des pathologies. La GST, Global Soft Therapy s’intéressent justement à ces signes avant-coureurs et les traitent avant qu’ils ne génèrent des affections plus graves. Si généralement, les raisons invoquées aux TMS (Troubles Musculo-squelettiques) et nombreuses pathologies qui nous affectent sont les mauvaises postures au travail, l’abus de sport, les traumatismes physiques, émotionnels, le vieillissement… la GST préfère considérer que l’usure de notre corps et les pathologies qui nous affectent proviennent généralement de facteurs dont nous ne sommes que pour partie responsables et qui se manifestent par des douleurs souvent anodines au départ. Ce sont ces douleurs provenant de légers déséquilibres que recherche la GST pour maintenir une bonne santé durable.

GST : un traitement de fond, durable et préventif

Pour une efficacité thérapeutique optimale, la Global Soft Therapy (GST) conjugue, au cours de chaque consultation, les pratiques suivantes :

  • l’ostéopathie (sans manipulations forcées),
  • la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) (sans aiguilles)
  • la kinésithérapie.

Dans la plupart des cas, une seule séance suffit puisque l’association des trois techniques permet de s’adresser aux différents systèmes corporels et d’accroître l’impact curatif sur l’immédiat et sur le long terme. En moyenne, les patients reviennent une fois par an.

Comment ça marche ?

Seule la conjugaison des trois pratiques associée à une nutrition et une hygiène de vie adéquate peut apporter des résultats probants sur le long terme.

L’ostéopathie : une action sur la structure ostéo-articulaire

L’ostéopathie est la conjugaison de deux mots : ostéo et pathie qui respectivement désignent os et maladies. Si l’ostéopathie ne traite pas les pathologies chroniques – cardiaques, cancéreuses, immunitaires… -, elle a toujours une influence bienfaisante sur l’évolution de ces pathologies.
L’ostéopathie a pour but de soigner une grande variété d’affections en vue de rétablir le bon fonctionnement du corps : l’homéostasie qui est la capacité d’autorégulation de notre organisme. Toute perturbation externe ou interne désorganisant ce fragile équilibre peut provoquer des troubles musculo-squelettiques et aponévrotiques.
Le grand principe  de l’ostéopathie repose sur le fait que n’importe quelle structure du corps peut, de par sa dysfonction anatomique et physiologique,  perturber la totalité de l’organisme.

Un bassin en dysfonction peut générer des troubles de la mobilité de toutes les structures de l’organisme.
Quarante cinq ans de pratique m’ont permis de constater qu’il existe une hiérarchie dans la génération de ces lésions et que, généralement, on retrouve une dysfonction primaire – souvent ancienne – au niveau du bassin.
Dans cette logique, tout traitement doit tenir compte de ce déséquilibre qui ne se manifeste pas forcément par des douleurs. Par ailleurs, cet acte agit de manière préventive puisqu’il évite de développer des lésions au niveau articulaire (lésions de cartilages) aux genoux, épaules. Après ce premier travail global, s’ensuivra un traitement plus local. Cette double action, globale et locale constitue le fondement de l’ostéopathie, médecine holistique dont l’objectif est de ré-équilibrer, à chaque séance, l’ensemble du système ostéo-articulaire.

La Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) : une action fonctionnelle
La Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) est également une médecine globale et holistique qui, dans sa pratique commence toujours par l’observation du patient, de ses  rythmes biologiques, de son style de vie, de son environnement (climats, saison, habitat) et des conditions psychologiques et physiques dans lequel il vit.

Toute « dysfonction relationnelle » peut perturber l’ensemble du corps du patient.

Elle ne considère pas les phénomènes dysfonctionnels du milieu intérieur ou extérieur dans un contexte isolé mais dans la relation que le patient entretient avec. Pour exemple, les émotions, la diététique, l’habitat peuvent être sources de dysfonction d’un organe avec différentes manifestations, allergies, eczéma, maladies de Crohn, maladies intestinales, rhumatismes, arthrose… Le traitement en MTC est préventif avec l’idée de ré-équilibrer les dysfonctions du patient qui, à terme, pourraient avoir un impact sur ses organes et ses viscères.
L’ostéopathie sans MTC revient à traiter un patient hors de son contexte.

La kinésithérapie : libérer le mouvement des muscles, libérer l’action
La kinésithérapie (soigner par le mouvement) utilise les mouvements actifs : gymnastique, rééducation par des moyens manuels ou mécaniques. Elle utilise également des moyens passifs : massages, mobilisations manuelles ou mécaniques. Elle trouve son utilité principalement dans la rééducation après les traumatismes, dans les maladies rhumatismales ou après les immobilisations de pathologies invalidantes, dans le but de maintenir et de développer l’autonomie des gens. Un des grands principes de la kinésithérapie repose sur la connaissance des muscles, de leurs insertions et de leur fonction. Pour masser ou rééduquer un muscle, il faut savoir où il commence et où il finit, notion incontournable pour un traitement efficace. Pour libérer complètement un muscle, il faut aussi travailler son antagoniste (opposé).

Dans un traitement GST au niveau d’une articulation donnée, la kinésithérapie permet une approche beaucoup plus détaillée au niveau des structures anatomiques (muscles, tendons, ligaments, capsules…) et des relations qu’elles ont entre elles.

Pourquoi le traitement apporté par la GST a-t-il une action durable et préventive ?
Si A.T. Still, le père de l’ostéopathie, déclare : « La structure gouverne la fonction, tel est le grand principe de l’ostéopathie », la Médecine Traditionnelle Chinoise dans ses grands principes donne la priorité à la fonction avec des répercussions certaines sur la structure. Dans un cas, comme dans l’autre, toute affection ostéo-articulaire peut avoir des répercussions fonctionnelles et vice versa.
La GST considère que les deux sont interdépendants et que pour traiter durablement une lésion traumatique, il ne s’agit pas de s’arrêter à l’effet du trauma mais de comprendre le contexte particulier dans lequel il est survenu. La GST traite la manifestation de la douleur et sa source.
Pour exemple, le décalage ostéo-articulaire présent, antérieur au trauma, en majore systématiquement l’effet. Il s’observe par le bilan ostéopathique et surtout par un interrogatoire précis où l’on retrouve de petites lésions passées inaperçues, des instabilités très souvent négligées. Corriger ces décalages souvent minimes et indolores dès leur survenance permet de minimiser les effets d’un traumatisme important et de réduire toute manifestation douloureuse ou d’instabilité en cas de petit traumatisme. Plus le patient est conscient de ces légères perturbations, plus l’intervention sera précoce et efficace.
Le rôle préventif de la MTC est là aussi primordial puisque cette médecine fait la liaison entre le système musculo-squelettique et l’ensemble des entités organiques et viscérales, fasciales, nerveuses, vasculaires, lymphatiques… Le traitement est effectué sur plusieurs plans, structurels, fonctionnels et superficiels permettant d’accroitre son efficacité sur le temps et son rôle préventif.  Ce deuxième point sera majoré par des conseils en diététique dont le rôle est reconnu comme majeur aujourd’hui dans la prévention des maladies.

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE