Scoliose… agir avant qu’il ne soit trop tard !

Publié le 27 avril 2011 par Jacques Estrade

Déceler une scoliose dès ses premiers signes est essentiel pour pouvoir agir. Le test est simple et en fonction du cas, le traitement ostéopathique peut éviter une déformation à vie.

Comment reconnaître une scoliose ? Un test simple…

Adalbert-I Kapandji, chirurgien orthopédiste mondialement connu en donne la définition suivante : ”la scoliose est une inclinaison latérale du rachis (colonne vertébrale) avec une rotation des vertèbres.” Lorsqu’on se penche en avant, les vertèbres entrainant les côtes, on trouve une gibbosité du côté de la concavité. Pour déceler les prémisses d’une scoliose, il suffit que l’enfant se penche en avant et qu’une gibbosité (bosse) apparaisse sur son dos.

La scoliose apparaît dans l’enfance et peut évoluer jusqu’à la puberté. A 35°c d’inclinaison, on porte généralement un corset la nuit pour redresser la colonne. Dans les cas graves (généralement 45°C), on opère et on place deux tiges métalliques de part et d’autre de la colonne vertébrale. Généralement, le traitement de la scoliose fait appel à de la kinésithérapie, une rééducation qui peut durer des années.

Agir avant la puberté

L’objectif d’agir au plus tôt est de pouvoir bénéficier d’une ossification en croissance qui n’est pas définitive et encore « malléable ». Une scoliose peut être évitée ou allégée si l’on agit avant la puberté. Pour information, le test de RISER permet de dire si l’ossification est terminée.

Dans la plupart des cas de scoliose, l’inclinaison du sacrum induit une inclinaison compensatoire de la colonne lombaire, dorsale et cervicale. L’inclinaison d’une vertèbre induit une rotation généralement du même côté. Dans la scoliose, l’inclinaison est du côté inverse ce qui entraîne les côtes et la gibbosité. L’action de l’ostéopathe commence par l’équilibrage du bassin et de l’occiput et se poursuit par un travail spécifique de chaque vertèbre impliqué dans la scoliose. La durée du traitement peut être rapide chez les jeunes enfants, mais naturellement, plus longue lorsqu’on s’approche de la puberté. D’où la notion essentielle et incontournable de la prévention.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE