Au printemps… des mois allergiques !

Publié le 29 mars 2012 par Jacques Estrade

Asthme, éternuements, eczéma… Les allergies se manifestent avec une vivacité accrue au printemps. Si le pollen et le vent sont souvent incriminés, ils ne seraient pas les seuls fautifs. Oublier de mâcher pourrait avoir de fâcheuses contre-parties...

Les allergies se manifestent de manière cutanée, respiratoire ou digestive (eczéma, diarrhée, asthme, allergies au pollen, éternuements en salve, inflammations des muqueuses et/ou des sinus, rhinite à répétition, etc.)

Généralement, elles font suite à un système immunitaire fragilisé. Une des raisons première en serait la non-mastication des aliments comme le fait remarquer si “simplement“ le Docteur Vincent Castronovo, docteur en médecine, chirurgie et accouchement, docteur en sciences biomédicales expérimentales et professeur de médecine nutritionnelle et fonctionnelle à l’université de Liège, à un niveau international.

“L’absorption de substances indésirables dans l’organisme, comme des nutriments incomplètement digérés, des toxines, des allergènes ou antigènes pathogènes, va créer un état inflammatoire, d’autant plus chronique que les troubles de filtration persistent. Ces molécules non filtrées vont augmenter et surcharger le travail du foie, qui relarguera à son tour ces toxines dans les intestins, et diminuer au fur et à mesure l’assimilation des nutriments : un cercle vicieux s’installe. Le corps étant perpétuellement en état d’alerte, la moindre réaction – comme la rentrée d’allergènes – déclenche une réponse immunitaire excessive et inadaptée. C’est la cause méconnue principale de la majorité des maladies inflammatoires chroniques : allergies, auto-immune, infections ORL à répétition, colopathie fonctionnelle, dysimmunité et maladie neurodégénérative, troubles articulaires, troubles du comportement et acné.

Il convient donc, pour limiter cette inflammation chronique, à l’origine d’un stress oxydatif et donc d’un vieillissement prématuré, de MASTIQUER POUR BIEN VIEILLIR !!!“ Lire l’ensemble de l’article.

Pourquoi la mastication est-elle indispensable ?

Pour avoir une bonne absorption des céréales par l’intestin, il faut qu’elles soient préalablement imprégnées de ptyaline (enzyme contenue dans la salive), cela permet une prédigestion des céréales. Non mâchée, la cellulose n’est pas éclatée et les nutriments contenus restent enfermés jusqu’au passage dans les selles ! Par ailleurs, les aliments non dégradés par les enzymes ne restent pas neutres dans le système digestif. Ils putréfient – comme les viandes – ou fermentent – comme les fruits, les céréales… – et à la longue, génèrent un déséquilibre de l’écosystème intestinal (dysbiose).

Pour faciliter la digestion des céréales, il faut obligatoirement les manger sèches (et non humidifier par du lait ou autre liquide).

La première conséquence de l’hyperperméabilité intestinale est l’allergie alimentaire (présence d’IgE spécifiques). Les allergies correspondent à des réactions exacerbées de défense de l’organisme contre des substances habituellement bien tolérées. S’il y a perméabilité intestinale, ces substances vont franchir la membrane et se comporter comme des agresseurs, entraînant les symptômes décrits ci-dessus.

En savoir plus sur le rôle de l’intestin sur notre santé

Le foie, l’organe clé du printemps

En médecine traditionnelle chinoise, un dysfonctionnement du tube digestif provoque soit des problèmes respiratoires (asthme), soit cutané parce que l’élément métal associe le poumon et le gros intestin.

Une mastication correcte conditionne une bonne digestion et donc une bonne nutrition. La mauvaise digestion correspond à la dysharmonie entre la Rate, l’Estomac, le Foie et la Vésicule biliaire.

En médecine chinoise, l’élément clé du printemps est le foie et la vésicule biliaire (cf. le schéma explicatif du Cycle cheng – Saison Printemps). C’est lui, le général en chef des organes, le maître des émotions, des tendons et des ligaments, de la sexualité qu’il faut prendre en considération !

  1. Le Foie joue un rôle essentiel dans le drainage des émotions (dont la colère)
  2. Le Foie assure également la digestion, la sécrétion de la bile, l’assimilation des aliments, la détoxification des déchets.

Les dysfonctions du foie déjà détaillée dans la partie « Prévention & nutrition“ ont des impacts majeurs sur la régulation du sang, la santé des tendons, des yeux…

Alors si l’on souhaite vivre en pleine forme (même sexuelle), sans fatigue, ni maux de têtes chroniques, sans problème digestif, ni articulaire, quelques conseils de saisons afin de tonifier le foie :

  • Faire une cure de radis noir, d’artichauts, de chardon-marie ou d’aubier de tilleul à chaque changement de saison (excellents draineurs de la vésicule biliaire et du foie, ils éliminent les toxines et les déchets).
  • Mettre deux gouttes de citron (ou de vinaigre bio) sous la langue : l’acide est la saveur du printemps. Ce “rituel“ pris à jeun permet d’informer le foie de la saison.
  • S’habiller dans les tonalités du vent (bleu et vert clair) tout en continuant de nourrir l’organe mère du foie, le rein (couleurs associées : noir et bleu foncé).
  • Manger les légumes de saison et du terroir. L’alimentation reste assez similaire à celle décrite en hiver. Y ajouter les légumes de saison et du terroir : roquette, laitue, salade verte.
  • Et toujours appliquer les deux grands principes clés :
  1. Mâche (ou crève !)
  2. Applique la sous-nutrition sans mal nutrition (une nourriture de qualité prise en quantité adéquate).
En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright 2015 Global Soft Therapy – Mentions légalesCrédits – Site propulsé par PUShAUNE